Comment faire des boutures qui poussent avec succès

Comment réussir ses boutures

Le bouturage fait partie des techniques de base en jardinage. Une pratique plus que populaire qui nous permet de propager une certaine plante. Cependant, malgré l’apparente facilité, comment réussir ses boutures a sa miette. Ou plutôt, ses tours. Certains sont essentiels pour que nous puissions profiter de la multiplication de notre plante. Et c’est que toutes les plantes ne permettent pas les boutures, et elles ne sont même pas faites de la même manière selon le type d’espèce végétale.

A première vue, le bouturage consiste à couper une tige d’une plante pour en obtenir une autre exactement la même. Jusqu’ici la théorie. La pratique est bien différente, puisque même la coupe détermine le succès de notre future usine. Mais ce n’est pas la seule chose qui influence son bon avenir. De plus, il y a d’autres aspects décisifs que nous ne prenons généralement pas en compte, comme la période de l’année ou l’endroit où nous transplantons notre projet de plante.

En raison du poids que tous ces détails ont et de la fréquence à laquelle il est courant de faire des boutures, nous voulons aujourd’hui voir en détail quelle est la meilleure façon de les réaliser. Un mini guide de conseils qui vous permettra de reproduire vos plantes sans frayeurs.

1. QUAND FAIRE LES BOUTURES, UN ASPECT CRUCIAL

Bien que nous puissions croire que n’importe quel moment de l’année est bon pour faire des boutures, ce n’est pas le cas. Pour bien s’enraciner, ces bouts de plantes ont besoin des températures douces et un certain degré d’humidité. Un aspect, ce dernier, fondamental puisque ce n’est que grâce à cela qu’ils pourront générer de la racine sans se déshydrater.

De plus, il faut considérer qu’il est indispensable de faire des boutures en saisons de croissance végétative. Profiter de ce cycle naturel de la plante nous permet d’encourager la plante à pousser et à générer de nouvelles feuilles ou racines de manière simple.

Pour toutes ces raisons, il y a deux périodes phares de l’année pour faire des boutures : printemps et automne. Et, comme par hasard, cette dernière saison coïncide avec le moment de la taille de certaines plantes. Une opportunité fantastique d’en profiter en tant que futures nouvelles usines.

2. CE DONT NOUS AVONS BESOIN POUR FAIRE DES BOUTURES

Un aspect qui n’est pas du tout secondaire, et qu’il faut prévoir en deux volets : avec quoi couper et où planter.

Scie à élaguer pour faire des boutures
Pour faire des boutures correctement, il est indispensable de bien choisir avec quoi. Retrouvez cette scie rigide dans notre rayon outils de jardin

Commençons par le premier : en choisissant le outils d’élagage. Dans le cas d’espèces végétales à tiges molles ou légèrement ligneuses, nous aurons besoin d’un sécateur à main. Fondamental : qu’il soit fin et pointu. C’est important, car l’idée est de faire le moins de dégâts possible à la plante mère. Aussi vital que l’outil que nous utilisons soit convenablement propre, pour éviter toute maladie. Si notre intention est de faire des boutures d’arbustes ou de petits arbres, nous aurons besoin d’un scie d’élagage rigide.

Substrat pour lit de semence de marque Verdecora
De par sa composition, notre substrat de pépinière de marque Verdecora est parfait pour faire des boutures. Découvrez ses fonctionnalités

Comprendre avec quoi faire la coupe, voyons ce dont nous avons besoin pour prendre soin de notre coupe. Bien que certaines plantes puissent être cultivées dans un verre jusqu’à ce qu’elles prennent racine, l’idéal est de placer nos boutures dans un bac à graines ou des pots en fibre de coco. Mais, encore plus important que le contenant, c’est le type de substrat que nous utilisons. Comme les boutures ont besoin d’humidité, idéalement optez pour de la tourbe noire ou un substrat de pépinière. Dans le cas de boutures de plantes ligneuses comme le rosier, on les plantera directement en pleine terre.

Cela ne fait pas de mal non plus d’avoir des hormones d’enracinement ou d’opter pour un substrat qui en contient. Grâce à eux, les chances de prospérité de notre bouture vont croître de façon exponentielle.

3. COMMENT FAIRE LES BOUTURES CORRECTEMENT

Avant de se lancer dans le bouturage, il est indispensable d’en savoir un peu plus sur la plante. Même si cela peut sembler secondaire, ce n’est pas le cas. Il existe des espèces végétales qui ne supportent pas la propagation par bouturage, et le savoir nous évitera d’avoir la déception de voir que notre future usine ne prospère pas. Avant de se lancer dans le bouturage sans rime ni raison, voyons quelques exemples des plantes qui se prêtent le mieux au bouturage. Et ce qui est plus important : la manière idéale de le faire dans chacun des cas.

Comment faire une bouture

Une fois que vous avez découvert si la plante peut ou non faire des boutures, il est temps d’agir. Et c’est qu’il ne faut pas se contenter de couper, mais faire un petit exercice d’observation pour choisir le meilleur candidat possible.

l’idéal est profiter d’une tige tendre que l’on voit saine et souple. Celui qui est né cette saison, qui est adulte et qui ne dépasse pas 30 centimètres. Ces dimensions dépendent aussi de l’espèce végétale à partir de laquelle on veut faire des boutures. Dans le cas d’arbustes et de petites plantes, une branche entre cinq et 10 centimètres suffira.

faire des boutures de géranium

Pour couper, l’idéal est tailler à la base du bourgeon et en diagonale. Il est important que notre coupe soit la plus propre possible, pour ne pas abîmer le reste de la plante. Il est également important de couper un biseau au sommet de la branche ou de la tige. Ainsi, notre petit bout de plante n’aura pas l’intention de grandir et concentrera toute son énergie à créer des racines.

Comment faire pousser la bouture

Si l’espèce que l’on souhaite propager est cultivée dans l’eau, c’est simple. Jour après jour, nous pourrons voir son évolution et contempler comment naissent ses racines. Cependant, la plupart des boutures nécessiteront un traitement différent, et c’est dans ces cas particuliers que nous allons insister.

  • Boutures plantées dans les pépinières: Il est indispensable de préparer les pépinières avec le substrat précité, en réalisant un bon trou de drainage. Il est important de ne pas alourdir le sol : s’il est aéré, il favorisera l’oxygénation des futures racines. Si on utilise un produit d’enracinement, l’idéal est de recouvrir la base de la tige avant de l’introduire dans le sol. Une fois la plantation préparée, placez-la dans un endroit ombragé et arrosez comme s’il s’agissait d’une pluie fine
  • Plantation directe des boutures dans le sol: dans le cas de ces plantes, comme les rosiers et les hortensias, il est indispensable d’utiliser un produit d’enracinement. Ce n’est qu’alors que nous les ferons s’enraciner. L’idéal est de conditionner préalablement le lieu de plantation et de faire le trou dans lequel on inclura notre morceau de plante avec un bâton ou un cylindre fin. Il est important d’arroser ensuite, et de le faire quand on voit que la surface de la terre est sèche.

Quel que soit le type de semis, il existe une autre astuce importante pour faire des boutures. Et c’est assez logique. Avant de les planter, on supprimera toutes les feuilles inférieures de la tige et les boutons floraux s’ils existent. De cette façon, notre future plante pourra économiser de l’énergie pour la croissance de sa racine.

Faites-vous habituellement des boutures ? Avec quelles plantes les faites-vous habituellement ? Dites-nous!


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.