Éclairage LED – avantages et inconvénients à connaître, expérience personnelle de l’éclairage LED

Ampoules d'éclairage à LEDQuel type d’éclairage utiliser dans le couloir, la salle de bains et le plafond du salon ? Choisissez-vous des ampoules ordinaires, des LED, des ampoules halogènes ou fluorescentes ? Combien allez-vous économiser ou perdre ? Quels sont les avantages et les inconvénients des différents types d’éclairage ? – J’essaie de répondre à ces questions dans cet article, opposer la réalité au marketing des fabricants. Pour ceux qui n’aiment pas lire, je vais conclure tout de suite : l’éclairage LED est rarement rentable comme source d’éclairage primaire. De mon point de vue, il s’agit d’une technologie immature. Il ne remplace les méthodes d’éclairage traditionnelles que dans certaines applications. Le plus grand obstacle à l’utilisation massive des LED reste le prix élevé et le grand désordre sur le marché, créé sciemment et inconsciemment par des fabricants réputés et des vendeurs d’équipements bon marché sans nom. Dans ce dernier cas, il est facile de couper et d’acheter des éclairages LED aux paramètres médiocres, qui peuvent également tomber en panne rapidement. Alors, à quoi devez-vous faire attention ? À quoi ai-je prêté attention et quels critères ai-je suivis ? Qu’est-ce que je ferais mieux maintenant, avec un an d’expérience ? C’est ce dont je parle dans cet article.

Mon évaluation subjective de l’éclairage LED

J’ai pris mon temps pour écrire cet article. Il était important pour moi d’accumuler suffisamment d’expérience en matière d’éclairage LED avant de partager mes observations avec vous. Vous avez bien lu – mes observations et conclusions. Je ne cherche pas à vous fournir des informations universelles. Je ne fais que décrire mes expériences et mes sentiments subjectifs. Veuillez noter que je ne suis pas un électricien, un spécialiste de l’éclairage ou un ingénieur qui évalue les produits sur la base de paramètres techniques.
Cependant, j’ai l’expérience pratique d’une personne qui aime la lumière dans un appartement, qui ne veut pas surpayer (que ce soit pour l’électricité ou pour la source de lumière) et qui n’aime pas changer les ampoules grillées.

Les ampoules LED conviennent à l'éclairage de n'importe quelle pièce.

Les ampoules LED conviennent à l’éclairage de n’importe quelle pièce.

Objectif du remplacement de l’éclairage

Avant de décrire mon expérience et mes conclusions, je dois présenter les principales raisons pour lesquelles j’ai décidé d’expérimenter l’éclairage LED :

  • J’aime avoir de la lumière dans l’appartement.
  • Dans le cadre de l’abandon des ampoules traditionnelles au tungstène de forte puissance (100W, 75W), je cherchais un moyen de les remplacer à moindre coût. Il en était de même pour les halogènes traditionnels de plafond.
  • Je n’étais pas intéressé par un éclairage ponctuel/décoratif. Je n’étais intéressé que par les principales sources de lumière. C’est pourquoi je ne décris pas les bandes lumineuses, etc.
  • J’insiste sur l’éclairage interchangeable, c’est-à-dire tout ce qui peut être dévissé et vissé.
  • Je voulais rendre l’électricité moins chère, mais certainement pas surpayer les sources d’éclairage.
  • Dans le cas des LED remplaçant les lampes halogènes au plafond – elles devaient s’adapter à un luminaire standard (le même qu’une halogène GU10, 5cm de diamètre).

Peut-être que vos critères sont différents. Peut-être que la LED devrait simplement être un complément aux ampoules à incandescence, halogènes ou fluorescentes. Dans ce cas, lisez également cet article, mais filtrez les informations que j’ai fournies et tirez vos propres conclusions.

Je me suis concentré sur la recherche d’équivalents halogènes avec une douille GU10 connectée directement au 230V, sans avoir besoin de transformateurs externes. À l’époque, il existait sur le marché des produits de 1W, 3W, 4W et 5W maximum dont la taille correspondait aux halogènes classiques, c’est-à-dire qu’ils ne dépassaient pas les supports de plafond prévus.

Les lampes LED modernes sont très économiques, les coûts énergétiques peuvent être réduits de 80 %.

Les ampoules LED modernes sont très économiques, les coûts d’électricité peuvent être réduits de 80 %.

En fait, lorsqu’on choisit un éclairage LED, le facteur clé est la quantité de lumière qu’une telle « ampoule » (je sais que ce n’est pas une ampoule, mais acceptons cette terminologie) peut produire. Il existe des LED qui produisent 400 lumens avec 5 watts, et d’autres qui ne produisent pas plus de 150 lumens avec la même puissance. Croyez-moi, la différence est énorme.

LEDs SMD – LEDs pour montage à plat

La seule solution qui donne des paramètres d’éclairage similaires à ceux des halogènes / ampoules est la LED SMD multi-diode. Dans mon cas, les LED SMD 5050 et SMD 5550 de plusieurs dizaines sont les meilleures – principalement en raison du rapport qualité/prix optimal de mon point de vue.

Après quelques semaines de tests, j’ai décidé d’acheter les produits Lumenmax. Il s’agit d’une entreprise bien connue qui prétend développer elle-même des sources lumineuses et en confier ensuite la production à la Chine. J’utilise leurs produits depuis plus d’un an (depuis avril 2012) et jusqu’à présent aucun n’a échoué et j’en suis satisfait. Pour être clair, je ne bénéficie pas de la recommandation des produits de la société. Je ne gagne pas d’argent avec ça. Je ne fais que partager mon expérience positive.

Toutes les analyses financières présentées dans cet article concernent les produits LED de Lumenmax. Et je dois ajouter que ce ne sont pas les produits les moins chers. À mon avis, c’est un bon compromis entre la qualité et le prix.

Autre remarque : je ne suis pas le marché des LED. Il est possible que d’autres fabricants connus soient déjà apparus. Je ne l’analyse pas. Je décris mon expérience au cours de l’année écoulée.

Il est préférable d'organiser l'éclairage de la maison avec plusieurs types de lampes et de luminaires LED

La meilleure façon d’organiser l’éclairage de votre maison est d’utiliser plusieurs types de lampes et de luminaires à LED.

Le premier critère est la quantité de flux lumineux émis, c’est-à-dire le nombre de lumens.

Vous savez déjà que les tests LED peuvent être coûteux. Qu’est-ce qui vaut la peine d’être regardé ? Aujourd’hui, je regarde principalement la quantité de flux lumineux indiquée par le fabricant, c’est-à-dire le nombre de lumens émis par la source LED. Cependant, voici le premier problème. Les fabricants et les vendeurs, pour ne pas dire plus, peuvent être loin de la vérité. Et si vous regardez Allegro, je dirai carrément que certains mentent de manière flagrante. Et même s’ils donnent le nombre réel de lumens, ils mentent instantanément lorsqu’ils comparent une source LED à une ampoule classique.

Je ne vais pas faire la fine bouche ici et les luminologues peuvent me manger tout cru, mais je vais écrire sur ce que je ressens, pas sur les paramètres techniques : la lumière émise par une ampoule ou un halogène se disperse différemment de celle émise par les LED. Et ça se voit. Je n’ai pas encore trouvé de lampe LED à un prix raisonnable (c’est-à-dire moins de 2000 roubles), qui dans le boîtier classique de la lampe (fil E27) pourrait remplacer la puissance de la lampe de 100 watts.

À mon avis, vous pouvez oublier que des LED de 7 à 10 watts offriront le même confort lumineux qu’une ampoule classique de 100 watts, quel que soit le nombre de LED qu’elles contiennent. C’est encore pire qu’il n’y paraît à première vue. Les ampoules classiques donnaient environ 6 à 16 lumens par watt (les plus puissantes en ont plus). Donc, pour simplifier, nous pouvons supposer que certains types d’ampoules donnent ce nombre de lumens :

  • Une ampoule de 120 watts = 1200-1920 lumens
  • Ampoule 100W = 1000-1600 lumens
  • Ampoule à incandescence 75W = 750-1200 lumens
  • Ampoule à incandescence 60W = 360-600 lumens
  • Lampe à incandescence 40W = 240-400 lumens
  • L’éclairage halogène est un peu différent :
  • Halogène 50 watts = 700-1000 lumens
  • Halogène 35W = 490-700 lumens

Maintenant, si vous comparez les chiffres ci-dessus avec ce que vous trouvez sur l’emballage des « ampoules » LED, vous comprendrez pourquoi la LED qui était censée remplacer l' »ampoule 100W » est si « sombre » que vous auriez préféré une ampoule 40W à la place. Les fabricants et les détaillants profitent de notre ignorance.

Je vous présente également ci-dessous les recommandations de l’Union européenne et de la CEI pour le choix de substituts économes en énergie aux ampoules traditionnelles. Veuillez considérer ces recommandations comme un aide-mémoire. Après un an d’expérience, je dois dire que je suis d’accord avec eux :

  • L’équivalent d’une lampe de 100 watts devrait être de 1300-1530 lumens.
  • L’équivalent d’une lampe de 75 watts devrait être de 920 à 1060 lumens.
  • L’équivalent d’une lampe de 60 watts devrait être de 700 à 810 lumens.
  • L’équivalent d’une lampe de 40 W devrait être de 410 à 470 lumens.
  • L’équivalent d’une lampe de 25W devrait être de 220-250 lumens.

Deuxième critère – angle du faisceau

J’ai beaucoup écrit sur les lumens, mais en réalité, qu’une pièce semble claire ou sombre, l’angle de la lumière a également un effet. Pour différentes sources, cela ressemble à ceci :

  1. Ampoule à incandescence. – émet de la lumière dans toutes les directions (non directionnel). La lumière de l’ampoule remplit donc parfaitement la pièce, mais comme elle est diffuse, nous aurons besoin d’une ampoule de forte puissance pour un bon éclairage. J’aimais bien l’ampoule de 100W
  2. Halogène dans un plafond suspendu (MR16 ou GU10) – il est généralement doté d’un réflecteur qui réfléchit la lumière et la concentre en un faisceau lumineux à un angle spécifique. Un angle typique est de 35-60 degrés. Les halogènes éclairent bien ce qui se trouve devant eux (dans l’angle du faisceau). Sa lumière est également diffusée, mais vous pouvez constater qu’un demi-mètre de murs à partir du plafond n’est généralement pas éclairé. Mais le faisceau lumineux est suffisamment focalisé. C’est pourquoi ils sont installés de manière assez serrée sur les plafonds tendus.
  3. Éclairage LED – Ici, la largeur de l’angle d’éclairage dépend du type de LED utilisé. S’il s’agit de LED SMD montées en surface, le faisceau lumineux aura un grand angle. Par exemple, pour les LED dans un boîtier GU10 ou MR16, il s’agit, par exemple, de 120 degrés. Mais cela rend aussi la lumière plus diffuse.

Par exemple, si nous avons un halogène classique émettant 450 lumens à un angle de 35 degrés et une LED émettant également 450 lumens à un angle de 120 degrés, la lumière sera plus sombre sous la LED car elle est diffusée sur une plus grande surface.

D’autre part, si nous disposons d’un grand nombre de LED, il nous sera beaucoup plus facile de remplir la pièce de lumière que dans le cas de lampes halogènes dont l’angle de rayonnement est limité. Par exemple, une telle LED montée sur un plafond suspendu permettrait d' »éliminer » joliment la sous-exposition des murs proches du plafond.

Grâce aux luminaires directionnels pivotants, il est facile d'obtenir un éclairage uniforme des pièces.

Grâce aux luminaires orientables, il est facile d’obtenir un éclairage homogène de la pièce.

Le troisième critère est la couleur de la lumière, ne croyez pas que le soleil soit le meilleur.

Les fabricants nous disent que la couleur de lumière la plus naturelle pour nous équivaut à la lumière du soleil, qui se situe autour de 6500 Kelvin (K). Je suis d’accord pour dire que nous aimons cette lumière pendant la journée, mais le soir, essayer d’éclairer quoi que ce soit avec cette lumière me donne l’impression d’être dans une morgue. C’est froid et désagréable. Ce n’est pas pour rien que ce type de lumière est appelé lumière froide.

Pour moi, les LED et les lampes fluorescentes les plus chaudes sont mortelles le soir. « Couleur chaude » dans le cas des LED signifie une température de couleur de 3000 K (Kelvin). Il s’agit d’une lumière beaucoup plus « froide » que les ampoules à incandescence, dont la température est comprise entre 2500K et 2700K. Pour moi, le niveau 3000K est la température de couleur maximale acceptable pour moi. J’ai acheté une fois une LED avec une température de 4000K (appelée « blanc froid ») et c’était comme une salle d’opération.

Mais vous devrez expérimenter ici. Je sais qu’après avoir remplacé les lampes halogènes GU10 traditionnelles pour plafond (environ 2700K) par leurs homologues LED 3000K, il m’a fallu environ deux semaines pour m’habituer à la nouvelle couleur. Tout ce qui l’entoure est si blanc.

Le quatrième critère est le type de diodes utilisées

Cela vaut la peine de s’en tenir au type de LED qui nous a déjà réussi. J’achète les DEL qui ont des DEL de 5050 ou 5550. La LED est inégalée. Donc, si l’emballage ne contient aucune information sur le type de diodes utilisées dans l' »ampoule » LED, à mon avis, il vaut mieux ne pas prendre le risque. Les économies réalisées ne peuvent être qu’évidentes.

Je ne suis pas un expert, et il ne me viendrait pas à l’idée de comprendre les différences entre les différents types de LED. Je vous donne simplement ce qui, à mon avis subjectif, s’est avéré correct.

Critère cinq – méthode de refroidissement

Les fabricants vous diront que l’avantage des LED est qu’elles ne chauffent pas. J’ai failli y croire, jusqu’à ce que je me brûle en dévissant une LED testée.

Ces LED, qui comportent beaucoup de diodes, dégagent beaucoup de chaleur. Et cette chaleur doit se dissiper efficacement, surtout si la LED est logée dans un petit boîtier, comme l’équivalent d’un plafond halogène standard de 5 cm de diamètre. J’ai donc acheté des LED « halogènes », qui ont une structure ouverte – les LED ne sont pas cachées derrière un verre. Jusqu’à présent, cette solution fonctionne bien pour moi. Même si certains amis m’ont dit qu’après avoir fermé les DEL dans les boîtiers, elles ont tout simplement brûlé, en plus d’un an, pas une seule source de DEL n’est tombée en panne. Nous verrons combien de temps ils dureront. J’ai une garantie de 18 mois

Dans le cas des ampoules de remplacement, j’ai essayé de choisir des LED dotées de dissipateurs thermiques pour dissiper la chaleur. Par exemple : les lampes de chevet sont équipées des « ampoules » filetées E14 suivantes (appelées ampoules bougies) :
Mais malheureusement, le problème des LED bien refroidies et équipées de dissipateurs thermiques est qu’elles ont souvent un encombrement plus important que les ampoules traditionnelles ou les lampes halogènes.

Cela peut signifier que, malgré le même fil, ils ne s’adapteront pas aux luminaires ou aux abat-jour existants. J’ai aussi un problème similaire avec les ampoules fluorescentes. Si j’en installe de plus grandes, elles dépassent parfois maladroitement des abat-jour, là où l’ampoule était parfaitement cachée. J’ai opté pour des modèles à LED.

Le grand choix d'ampoules LED permet de les adapter facilement à un luminaire particulier.

Le grand choix d’ampoules à LED permet de les adapter facilement à un luminaire spécifique.

Après toutes ces expérimentations, j’ai choisi deux types de LEDs:

  • Lumenmax LED EL-CSMB27 5W bougies de type ampoule (fil E14) avec 380 lumens.
  • « Halogène » avec connecteur GU10 LED Lumenmax EL-SMB09 SE, 5W et 350 lumens.

Pour vous donner un exemple, voici une LED « halogène » que j’avais et qui ne fonctionnait pas du tout. L’Osram Parathom PAR16 est un modèle de 5W. Il n’émet que 170 lumens et son angle de rayonnement est faible.

Retour sur investissement dans les LEDs

Bon, puisque j’ai déjà écrit sur ce qu’il faut rechercher quand on achète des LED, et que je vous ai dit quels modèles j’ai choisis, je vais passer à l’élément le plus important de cet article, à savoir le coût sommaire.

Le principal inconvénient de l’éclairage LED est son prix élevé. L’éclairage de tout un appartement peut coûter de quelques milliers à un million de roubles. Il y a donc une question raisonnable : quand et comment un tel achat sera-t-il rentabilisé ?

Les fabricants sont très désireux de comparer les coûts énergétiques consommés par les ampoules traditionnelles et l’éclairage LED dans leur marketing et de montrer les avantages financiers qui peuvent être obtenus avec les LED. Mais ils oublient délibérément deux aspects : les « ampoules » LED sont très chères à l’achat et, en outre, ce n’est pas pour autant qu’on « brille » longtemps avec elles. Par exemple : si nous n’utilisons une lampe de chevet qu’une heure par jour, nous devrons attendre beaucoup plus longtemps le retour sur investissement des LED que si elle brûle 10 heures par jour.

Pour vous aider à calculer vous-même le retour sur investissement de l’éclairage LED, j’ai préparé une feuille de calcul spéciale que vous pouvez télécharger ci-dessous. Dans tous les cas, cette fiche vous permettra de comparer deux sources de lumière alternatives et les coûts associés à leur utilisation. Par exemple, vous pouvez comparer l’incandescence traditionnelle à l’halogène ou calculer combien vous économiseriez en remplaçant l’incandescence par la fluorescence. Pour commencer, vous pouvez spécifier à quelle pièce l’analyse s’applique. Plus tard, vous saisissez les paramètres d’éclairage actuels de cette pièce :

  • Type de source lumineuse, par exemple une ampoule à incandescence ;
  • Nombre d’ampoules utilisées ;
  • Puissance par ampoule ;
  • Le temps pendant lequel cette lumière est allumée pendant la journée (en heures) ;
  • Le coût d’achat d’une ampoule électrique
L'image montre de quoi est composée une ampoule à LED.

L’image montre de quoi est faite une ampoule à DEL.

Informations sur le nombre d’ampoules qui brûlent au cours de l’année – nous les inclurons dans le coût annuel. Ensuite, de la même manière, vous saisissez l’éclairage cible qui doit être remplacé par l’éclairage actuel. La feuille calculera automatiquement les coûts actuels encourus et calculera l’échelle d’investissement et le délai de récupération. Bien entendu, les résultats finaux dépendent en grande partie du nombre d’heures par jour pendant lesquelles vous utilisez l’éclairage dans une pièce donnée.

Dans mon cas, il s’avère que les seuls endroits raisonnables où je peux utiliser l’éclairage LED sont le couloir, les salles de bains et la cuisine. Dans ce cas, un tel investissement est rentabilisé en un an et huit mois environ, en supposant que les lumières de ces pièces sont allumées pendant environ une heure et demie par jour. J’avais l’habitude de faire des hypothèses légèrement différentes pour mes calculs, mais après une année d’observation de moi-même et de ma famille, j’ai pu les vérifier.

Dans d’autres pièces, notamment celles où j’ai besoin d’une forte source de lumière, l’utilisation de LED n’a aucun sens. Principalement en raison du prix des « ampoules » LED. Même avec 4.5 heures d’éclairage par jour, cet investissement sera rentabilisé en près de 8 ans (par rapport aux ampoules fluorescentes de 22 watts actuellement utilisées). Je ne vois pas l’intérêt d’attendre aussi longtemps pour un retour sur investissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *